Panneau solaire : urbanisme, permis de construire, faut-il passer en mairie avant de vous lancer ?

Vous envisagez de franchir le pas vers l'énergie et d'équiper votre maison de panneaux solaires ? Avant de monter sur le toit ou de creuser un trou dans votre , voici ce qu'il faut savoir sur les démarches administratives et les autorisations requises.

Demander un devis

Des démarches adaptées à l'emplacement de vos panneaux

Sur le toit : une déclaration préalable suffit

Si vous choisissez d'installer des panneaux solaires sur votre toit, que ce soit pour chauffer l'eau ou produire de l'électricité, la mairie est votre point de départ. Quelle que soit la surface des panneaux solaires prévue, une simple déclaration préalable de travaux est nécessaire. Pour les nouveaux projets de construction, les panneaux solaires doivent être mentionnés lors de votre demande de permis de construire. Une fois l'autorisation reçue, ne négligez pas l'affichage de celle-ci sur votre terrain. Vos voisins disposent d'un délai de deux mois à partir de ce moment pour exprimer des réserves.

Posés au sol : la puissance détermine la procédure

L'endroit où vous habitez, ainsi que la puissance de votre installation, déterminent les formalités à suivre. Si vos panneaux solaires posés au sol ne dépassent pas 3 kW et 1,80 m de hauteur, bonne nouvelle : aucune autorisation n'est nécessaire. Entre 3 kW et 1 000 kW, une déclaration en mairie s'impose. Si la puissance va au-delà, un permis de construire est indispensable. Et pour ceux qui résident dans un secteur protégé, même avec une puissance inférieure à 3 kW, une déclaration préalable est requise. Au-delà, vous l'avez deviné, il faudra un permis de construire.

Demander un devis

Respecter les spécificités locales et fiscales

Conformité avec le règlement d'urbanisme local

Chaque commune a ses spécificités. Avant de fixer vos panneaux, renseignez-vous sur le plan local d'urbanisme (PLU). L'Agence de la transition écologique (Ademe) rappelle que « Des dispositions spéciales sur l'aspect de votre habitation peuvent exister dans votre commune ». Ces détails peuvent avoir leur importance lors de la sélection et de la disposition des capteurs.

Des zones protégées aux copropriétés : d'autres autorisations à envisager

Si votre logement est à proximité d'un monument historique ou dans une zone protégée, sachez que l'avis des architectes des Bâtiments de France est requis. Pour ceux en , un détail supplémentaire se pose : l'accord des copropriétaires en assemblée générale est impératif avant l'installation des panneaux.

La taxe d'aménagement : un coût à ne pas négliger

Il y a des coûts cachés dans chaque projet. En l'occurrence, pour les panneaux photovoltaïques posés au sol, une taxe d'aménagement, aussi appelée “taxe abri de jardin”, instaurée en 2012, doit être acquittée. Pour 2023, elle est fixée à 12 € par m² de panneau. Rassurez-vous, si vous optez pour des panneaux solaires thermiques, cette taxe ne s'applique pas.

Demander un devis

Ce qu'il faut retenir : L'énergie solaire est une solution prometteuse pour un avenir durable. Mais comme pour tout projet de construction ou d'aménagement, des règles existent et doivent être respectées. Pour éviter les déconvenues, renseignez-vous bien en amont et anticipez les démarches administratives. La transition énergétique est à portée de main, à condition de bien s'y préparer.

Tags associés à l'article : panneaux solaires, permis de construire, déclaration préalable, taxe d'aménagement, énergie solaire, transition écologique, Ademe, plan local d'urbanisme, copropriété.

Si vous êtes un Citoyen en Slip, aidez-nous à grandir !

Consultant indépendant en technologies liées à la construction et l’habitat. Avec +20 ans d’expérience dans le domaine, je suis passionné par l’innovation et l’amélioration des solutions énergétiques durables pour les bâtiments et les maisons. Mon objectif est d’aider mes clients à construire des infrastructures écoénergétiques efficaces pour un avenir plus vert et plus propre.