DPE : la réforme pour les petits logements sera effective en juillet 2024

La réforme du diagnostic de performance énergétique (DPE) représente un tournant majeur pour les propriétaires de petits logements. Avec l’introduction des nouvelles réglementations en juillet 2024, comprenez les enjeux et ce qui change pour vous.

Réservez votre DPE

Comprendre les nouvelles mesures

La réforme annoncée par Bruno Le Maire vise à rectifier une méthode de calcul du DPE jugée jusqu’à présent défavorable aux petites surfaces. Le ministre de l’Économie a souligné l’importance de cette simplification pour les propriétaires. L’adaptation des critères devrait rectifier la tendance qui classait abusivement de nombreux studios dans les catégories F et G, synonymes de passoires thermiques.

Les modifications, détaillées par la plateforme Particulier à particulier (PAP), s’articulent principalement autour de deux axes. Le premier ajuste le calcul lié à la production d’eau chaude sanitaire, en rapport avec la taille du ballon et le volume du logement. Le second révise l’indice de compacité thermique, qui mesure la proportion de surfaces perdant de la chaleur par rapport à la superficie totale du bien.

Impact et avantages de la réforme

L’ajustement de ces paramètres doit mener à une évaluation plus juste, évitant ainsi que les petits logements ne soient systématiquement désavantagés. Le site gouvernemental écologie.gouv.fr mentionne qu’à partir de juillet 2024, une nouvelle étiquette DPE pourra être générée pour chaque logement concerné, offrant ainsi une perspective plus fidèle de leur performance énergétique.

À lire aussi  Comment trouver et choisir un bon fabricant de porte blindée : le guide complet

Les propriétaires ayant déjà un DPE pourront utiliser le comparateur de l’Ademe pour vérifier l’amélioration potentielle de leur classement suite à cette réforme. Cela est envisageable via le numéro du DPE, outil précieux pour anticiper les bénéfices de ces changements réglementaires.

Par conséquent, cette mise à jour législative devrait alléger le fardeau des propriétaires, surtout ceux qui, découragés par un DPE peu flatteur et les coûts de rénovation en découlant, envisageaient de se retirer du marché locatif. Cette évolution est particulièrement significative pour le secteur du logement étudiant, fréquemment caractérisé par des superficies réduites.

En résumé, cette réforme du DPE, effective en juillet 2024, promet un avenir plus serein pour les détenteurs de petits logements, en rectifiant une méthode de calcul jugée inéquitable. Elle permet d’espérer un marché locatif plus équilibré, où la taille ne sera plus un critère pénalisant.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité

Consultant indépendant en technologies liées à la construction et l’habitat. Avec +20 ans d’expérience dans le domaine, je suis passionné par l’innovation et l’amélioration des solutions énergétiques durables pour les bâtiments et les maisons. Mon objectif est d’aider mes clients à construire des infrastructures écoénergétiques efficaces pour un avenir plus vert et plus propre.

Laisser un commentaire