Fiscalité record en France: comment entreprises et ménages font face à la plus forte fiscalité d’Europe

L'Hexagone, champion d'Europe de la fiscalité, soumet ses entreprises à une imposition sans pareil. Mais les ménages français, eux, bénéficient d'une situation plus modérée. Décryptons cette dualité fiscale à travers le prisme des dernières données d'Eurostat et les analyses d'experts économiques.

Les entreprises françaises, principales victimes de la pression fiscale

Une fiscalité hors norme pour les entreprises: Selon les récentes statistiques d'Eurostat, en 2022, la France se distingue comme le pays européen où les charges fiscales sont les plus lourdes, notamment pour les entreprises. Ces dernières subissent un fardeau fiscal représentant 4,7% du PIB national, un taux deux fois supérieur à la moyenne européenne. En comparaison, l'Allemagne affiche un taux de seulement 1% du PIB. Ces impôts, incluant taxes sur les salaires, foncières et sur le chiffre d'affaires, pèsent 60 milliards d'euros de plus pour les sociétés françaises que pour leurs homologues européennes.

Les cotisations sociales, une autre lourde charge: Les sociétés françaises font également face à des cotisations sociales plus élevées, s'élevant à 50 milliards d'euros, une situation contrastant avec la taxation des bénéfices, similaire à la moyenne européenne.

La situation plus clémente pour les ménages français

Des cotisations sociales moins pesantes pour les particuliers: Malgré une pression fiscale globale élevée, les ménages français s'en sortent relativement mieux. Les cotisations sociales, englobant salariés, artisans, non-salariés et retraités, sont inférieures à celles observées en Europe, et particulièrement en Allemagne. L'impôt sur le revenu, strictement parlant, reste également en dessous de celui de nos voisins européens.

“Une fiscalité contrastée entre les entreprises et les ménages”, souligne Emmanuel Lechypre, éditorialiste sur BFM Business, mettant en lumière le différentiel de traitement fiscal entre ces deux catégories.

La TVA et les taxes spécifiques, un poids supplémentaire: En matière de dépenses, les Français font face à une TVA relativement plus élevée que dans le reste de l'Europe. Les taxes sur les carburants, tabacs et alcools sont également plus marquées, pesant significativement sur le budget des ménages.

Une fiscalité au service de l'État:

“En 2022, l', exacerbée par la hausse des prix de l'énergie, a accentué la pression fiscale, notamment via la TICPE et la TVA sur les produits énergétiques”, explique François Geerolf, économiste. Ces taxes, plus lourdes en France que chez nos voisins européens, ont généré d'importantes recettes fiscales, dans un contexte qualifié de “circonstances conjoncturelles”.

Conclusion:
La France se positionne donc comme le pays d'Europe où la fiscalité est la plus élevée, avec un impact marqué sur les entreprises. Les ménages, quant à eux, subissent une pression moindre, bien que significative sur certains postes de dépense. Cette dichotomie fiscale s'inscrit dans un contexte économique européen hétérogène, où chaque pays adapte sa politique fiscale à ses propres enjeux et défis.

Tags: Fiscalité française, Entreprises, Ménages, Eurostat, Impôts, TVA, Cotisations sociales, TICPE, Inflation, Économie européenne.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.
Denis Chatelin : expert financier

Je suis expert en économie, finance et investissement, passionné par l’analyse des marchés financiers et l’optimisation des investissements. En tant que pigiste, j’aime partager mes connaissances et mes conseils pour aider les lecteurs à prendre des décisions éclairées en matière d’investissement et de finances personnelles. Mon objectif est de rendre l’information financière accessible à tous et d’aider les gens à atteindre leurs objectifs financiers à long terme.