Chèque énergie 2023 : c’est officiel, les bénéficiaires les plus modestes vont enfin toucher leur prime

Le chèque énergie 2023 sera versé à partir du 21 avril à environ 5,8 millions de ménages modestes. Après l'aide exceptionnelle de la CAF pour Mars 2023, la date très attendue du versement du chèque énergie a enfin été annoncée par la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, lors d'une interview sur les ondes de RMC.

Un chèque d'un montant allant de 48 à 277 euros pour les ménages modestes

Le chèque énergie 2023, dont le montant varie entre 48 euros et 277 euros, pourra être utilisé jusqu'au 31 mars 2024 pour payer les factures d'électricité, de gaz, de bois ou de fioul. Selon le ministère de la Transition écologique, il sera envoyé automatiquement par courrier aux 20% de ménages les plus modestes, dont le revenu fiscal de référence par unité de consommation (RFR/UC) est inférieur à 11 000 euros en 2021. Il n'y a aucune démarche à effectuer pour les bénéficiaires.

En complément, des aides de 100 à 200 euros pour les foyers utilisant du fioul, de 50 à 200 euros pour ceux se chauffant au bois et une indemnité de 100 euros pour les travailleurs modestes sont également disponibles depuis fin 2022.

Bon, le plus simple aurait quand même été que le gouvernement trouves des solutions pérennes pour éviter la flambée des prix du carburant. S'il est vrai que certains foyers l'attendent avec impatience pour sortir un la tête de l'eau, ce n'est pas un cadeau mais une dette que nos enfants devront rembourser.

A lire aussiCette commune du Nord (Hauts-de-France) offre 100 € à ses habitants pour lutter contre l'inflation

Une mesure pour faire face à l'augmentation des prix de l'électricité et du gaz

Alors que les prix de l'électricité et du gaz ont augmenté de 15% en début d'année (à vérifier quand même), le chèque énergie 2023 est une aide bienvenue pour les ménages modestes. Depuis 2018, ce chèque est versé une fois par an au printemps. Fin 2022, un chèque exceptionnel de 100 à 200 euros avait été ajouté pour 12 millions de foyers.

Le gouvernement a également limité la hausse des tarifs de vente d'électricité à 15% en 2023, après une hausse de 4% en 2022. Ces mesures ont permis à la France d'afficher le taux d' le plus faible de la zone euro en 2022, mais représentent un coût net de près de 43 milliards d'euros sur deux ans.

Une mesure critiquée par la Cour des comptes

La Cour des comptes a exhorté le gouvernement à sortir définitivement du “quoi qu'il en coûte” et à faire du redressement des finances publiques une priorité nationale. La crise sanitaire a en effet fortement dégradé les finances publiques. Les mesures de soutien, comme le chèque énergie, ont un coût important pour l'État.

Cependant, pour les bénéficiaires du chèque énergie, cette aide est essentielle pour faire face aux dépenses énergétiques de leur foyer. Le versement automatique sans démarche particulière à effectuer est un avantage non négligeable. Les ménages modestes peuvent ainsi bénéficier d'un soutien pour faire face à l'augmentation des coûts de la vie. Ces aides sont mises en place par le gouvernements afin d'aider les personnes les plus vulnérables à couvrir leurs besoins essentiels tels que la nourriture, le logement et les factures.

A lire aussiPanier anti-inflation : (Vodka, chips, sodas) les produits de première nécessité selon Système U

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.