Intelligence artificielle : quelles solutions pour la protection des droits d’auteur des artistes

Depuis l’arrivée des générateurs d’images basés sur l’intelligence artificielle telles que MidJourney, de nombreux artistes s’inquiètent de leur capacité à imiter leurs styles en donnant simplement une description. Cette utilisation massive d’images trouvées sur le web pose aussi des questions juridiques vertigineuses, et peut mettre les petits artistes dans l’incapacité de pouvoir se lancer dans un procès pour défendre leurs droits d’auteurs.

Glaze : Un logiciel masquant le style aux IA

C’est pour permettre aux artistes d’éviter de retrouver leur style dans la panoplie de ces outils performants que des chercheurs de l’Université de Chicago ont créé Glaze, un logiciel de masques de style dont ils expliquent le fonctionnement dans un article mis en ligne sur l’archive ouverte arXiv [PDF].

Grâce à Glaze, l’IA est confondue en ce qu’elle ne reconnaît pas le style de l’artiste et ne peut donc plus le reproduire. Une avancée technique majeure qui permet aux artistes de protéger leurs œuvres contre la reproduction par les IA.

Expliquer l’engouement autour des IA

Les images générées par des IA comme Dall-E, Midjourney, Stable Diffusion et bien d’autres ont envahi Internet ces derniers mois, et l’engouement continue de grandir. Ces différents programmes posent beaucoup de questions quant au respect du droits d’auteur, et les interrogations sont encore plus importantes quand on sait que toutes les images produites sortent des millions d’images préalablement récoltées sur internet.

L’utilisation commerciale de ces images ne peut être banalisée, mais elle commence à se faire sentir. On peut prendre l’exemple de La Fabrique des Lendemains, le livre publié chez Livre de Poche en début 2023, qui comportait des absurdités graphiques typiques de Midjourney. Bien que cela ait été une erreur malheureuse, cet incident montre bien que Midjourney et ses semblables intéressent de plus en plus les industries culturelles.

À lire aussi  Amazon lance une IA... plus performante que ChatGPT

Les conséquences socio-économiques des IA sur les artistes ne sont pas anodines, et beaucoup font part de leur mécontentement sur les réseaux sociaux. Mais pour autant, cela ne dissuade personne à continuer d’explorer les nombreuses possibilités offertes par les IA, comme le programme ChatGPT capable de rédiger des textes à partir d’une requête de quelques mots.

A la une – Google Bard : l’IA qui veut détrôner ChatGPT en 2023

Comment protéger ses œuvres ?

Si les industries culturelles souhaitent utiliser des images produites par les IA, certaines règles doivent être respectées afin de garantir le respect des droits d’auteur. Il est recommandé de demander l’autorisation aux propriétaires des images originales employées pour entraîner les IA, et de s’assurer que les images générées ne se ressemblent pas trop aux originaux. Les artistes peuvent également protéger leurs œuvres grâce à la technologie Glaze afin que les IA soient incapables de reconnaître leur style.

Enfin, les industries culturelles devraient encourager le travail des artistes et non pas se tourner vers des solutions plus faciles telles que les images générées par les IA. En effet, le travail des artistes est unique et inimitable, et chaque œuvre représente un travail d’attention et d’amour qu’un algorithme ne pourra jamais reproduire.

À lire aussi  Intelligence artificielle : Prompt Engineer, cette profession accessible facilement gagne très bien sa vie

Les applications des IA sont vastes et nous n’avons encore exploré qu’une infime partie de leur potentiel. Néanmoins, les implications des images générées par les IA sont très importantes et les questions liées aux droits d’auteur persistent.

Les artistes doivent savoir comment protéger leurs œuvres contre la reproduction par les IA, et les industries culturelles doivent veiller à toujours employer des images qui ne violent pas les droits d’auteur. De plus, elles doivent encourager le travail des artistes plutôt que de chercher des solutions plus faciles.

Avec ces quelques précautions, les œuvres des artistes seront à l’abri des IA, et ils pourront continuer à exprimer leur créativité sans craindre que leurs efforts ne soient pas reconnus.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité

Consultant indépendant en technologies liées à la construction et l’habitat. Avec +20 ans d’expérience dans le domaine, je suis passionné par l’innovation et l’amélioration des solutions énergétiques durables pour les bâtiments et les maisons. Mon objectif est d’aider mes clients à construire des infrastructures écoénergétiques efficaces pour un avenir plus vert et plus propre.