Taxe sur les abris de jardin : +8% dans les dents en 2023

Une hausse de 8% pour l’année 2023

Mauvaise nouvelle pour les propriétaires avec un jardin. La taxe sur les abris de jardin, officiellement appelée “taxe d’aménagement”, va augmenter de plus de 8% pour l’année 2023, selon l’arrêté publié au Journal officiel le 31 décembre 2022. Cette hausse fait suite à une augmentation de 7% en 2022 et est la septième année consécutive que cette taxe augmente. En effet, depuis sa création en 2012, la hausse atteint même 34%.

Les abris de jardin de plus de 5m² sont concernés

Heureusement, si votre abri de jardin fait moins de 5m² et sert uniquement à stocker votre tondeuse à gazon ou des outils, vous ne devez pas payer d’impôt sur cette construction. En revanche, si votre abri de jardin fait plus de 5m², vous devez payer des impôts et la fiscalité va fortement augmenter en 2023.

La taxe sur les abris de jardin est due pour les travaux nécessitant une autorisation préalable, un permis d’aménager ou un permis de construire. La superficie (surface couverte) doit faire plus de 5m² et la hauteur sous plafond doit être égale ou supérieure à 1,80m. Les terrasses et pergolas ne sont donc pas comprises dans cette taxe.

Des coûts exorbitants en Île-de-France

Le coût de cette taxe varie en fonction de votre département de résidence, car le taux est voté par les collectivités locales. En Île-de-France, pour la première fois, la taxe va dépasser les 1000€ ! Les propriétaires devront régler 1004€ contre 929€ en 2022, selon le Figaro Immobilier. Posséder un abri de jardin de plus de 5m² a un coût de plus en plus exorbitant.

Pourquoi cette hausse de la taxe sur les abris de jardin ?

On pourrait se demander pourquoi cette taxe augmente de manière aussi significative chaque année. Selon certaines rumeurs, les collectivités locales et territoriales chercheraient à pallier le déficit des revenus liés à la suppression de la taxe d’habitation en augmentant d’autres taxes. Alors, pourquoi ne pas taxer les abris de jardin, qui ne sont pas indispensables à la vie plutôt que de trouver des solutions intelligentes et utiles aux habitant ? Cette hausse de la taxe sur les abris de jardin semble être une façon pour les collectivités locales de remplacer une source de revenus perdue, mais cela ne fait que pénaliser les propriétaires qui ont décidé d’investir dans un abri de jardin pour ranger leur matériel de jardinage ou pour créer un espace de rangement supplémentaire.

A l’heure où les Gilets Jaunes appellent à manifester le 7 Janvier 2023, cette nouvelles taxe pourrait accentuer la férocité du mouvement.

Il est important de souligner que cette hausse de la taxe sur les abris de jardin n’est pas la seule qui a eu lieu ces dernières années. En effet, de nombreuses autres taxes ont également augmenté, ce qui peut être frustrant pour les propriétaires qui doivent faire face à de nombreux coûts supplémentaires. Il est donc important de se tenir informé de ces hausses de taxes et de prendre en compte ces coûts supplémentaires lorsque l’on décide d’investir dans un abri de jardin ou dans tout autre type d’aménagement pour sa propriété.

Pour aller plus loi sur la taxe d’aménagement sur les abris de jardin voici quelques informations complémentaires :

Les étapes à suivre pour obtenir une autorisation de construire ou d’aménager

Pour pouvoir effectuer des travaux de construction ou d’aménagement sur votre propriété, comme pour un abris de jardin, il est nécessaire de suivre certaines étapes afin d’obtenir une autorisation. Si votre projet nécessite un permis de construire, vous devrez remplir un formulaire en ligne ou en mairie, accompagné de plans de votre projet et de documents tels que votre titre de propriété. Si votre projet nécessite un permis d’aménager, vous devrez remplir un formulaire en mairie et fournir des plans et documents similaires. Dans les deux cas, votre projet sera soumis à une enquête publique avant d’être approuvé ou refusé par les autorités compétentes.

Les cas de réduction ou d’exonération de la taxe d’aménagement

Il existe certaines situations qui permettent de bénéficier d’une réduction ou d’une exonération de la taxe d’aménagement. Par exemple, si votre projet est destiné à améliorer l’accessibilité ou la sécurité de votre propriété, ou s’il vise à réduire votre consommation d’énergie, vous pourriez être éligible à une réduction de la taxe. De même, si votre projet est de petite taille (moins de 5m²) ou s’il s’agit d’une construction temporaire, vous pourriez être exonéré de cet impôt. Il est important de vérifier auprès de votre mairie si vous êtes éligible à l’une de ces réductions ou exonérations.

Les différences entre un projet de construction et un projet d’aménagement en ce qui concerne le calcul de la taxe

Le mode de calcul de la taxe d’aménagement varie selon que votre projet concerne une construction ou un aménagement. En cas de construction, le coût de la taxe est calculé en multipliant le nombre de mètres carrés de votre construction par les taux votés par les collectivités locales (taux communal, départemental et régional en Île-de-France). En cas d’aménagement, le coût de la taxe est calculé en multipliant la superficie de votre projet par les valeurs forfaitaires par mètre carré de surface de construction, qui sont révisées chaque année en fonction de l’indice du coût de la construction publié par l’INSEE. Il est donc important de connaître la nature de votre projet afin de savoir comment sera calculée la taxe d’aménagement qui vous sera applicable.

4.7/5 - (15 votes)