Manif 11 Février 2023 : une journée historique de mobilisation entre 963 000 et 2,5 millions de participants

Le 11 février 2020, la France entière s'est mobilisée contre la réforme des retraites. Les huit principaux syndicats français avaient appelé à cette journée pour protester contre ce projet et exiger le retrait du texte par le gouvernement. L'importance de ce rassemblement était telle qu'il a rassemblé plus de 963 000 personnes dans toute la France selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, dont 93 000 à Paris.

La manifestation parisienne partie de la place de la République et est arrivée 19 heures plus tard sur la place de la Nation, en passant par le boulevard Voltaire. A cette occasion, la préfecture de police de Paris avait mis en place un dispositif de circulation spécifique pendant tout le défilé avec, notamment, des couloirs protégés pour les automobilistes devant circuler pour une raison légitime.

Cette journée marquante s'inscrit dans un mouvement qui a débuté le 5 décembre 2019 et qui a vu des milliers de manifestants dans les rues chaque semaine depuis. Les revendications portent principalement sur le report de l'âge légal de 62 à 64 ans et sur la suppression des régimes spéciaux. Pourtant, malgré ces ralliements, le gouvernement n'a pas encore réagi positivement aux demandes des syndicats. Ces derniers ont alors annoncé le 7 mars comme date possible pour une grève générale si le Gouvernement ne respectait pas leurs exigences.

La CGT, représentée par Philippe Martinez, a souligné que le choix d'une action supplémentaire le 16 février était également envisageable pour relayer l'injustice sociale majeure dont les femmes sont victimes avec cette réforme.

A la une – Grève reconductible dès le 7 mars 2023 : les syndicats appellent à la mobilisation générale et totale

Un rassemblement qui montre sa détermination

La mobilisation du 11 février 2020 s'inscrit donc dans un mouvement dont le but est de mettre la pression sur le gouvernement afin qu'il retire son projet de loi et que les parlementaires le rejettent massivement. Selon les estimations des syndicats, 500 000 personnes auraient défilé dans la capitale, 112 000 selon le cabinet Occurrence ayant procédé à un comptage pour un collectif de médias et 93 000 selon la Préfecture de Police de Paris. Le cortège a parcouru 4 kilomètres entre la place de la République et la place de la Nation où il est arrivé à 19 heures. Des millions de personnes se trouvaient dans les autres villes de France pour exprimer leur solidarité et leur détermination à obtenir gain de cause.

Avec la prise d'initiative des différents syndicats, de nombreuses inscriptions et pétitions ont été lancées sur les réseaux sociaux. Des hashtags spécifiques (#NonALareformeDesRetraites, #RespectezLesPersonnesAgées) ont été créés et très largement employés. Les philosophes, artistes, universitaires et personnalités politiques, françaises et internationales, se sont engagés à soutenir ce mouvement. Un grand nombre d'entre eux se sont joints aux cortèges, aux côtés des lycéens, étudiants, salariés et retraités, venus manifester leur ras-le-bol face à cette injustice sociale.

Deux mois de mobilisation, sans résultats visibles

Malgré ces démonstrations de force et de détermination, le Gouvernement continue à s'accrocher à sa proposition de reforme des retraites. Ce projet, qui viserait à aligner le système actuel sur un modèle à points, se veut juste et équitable pour les travailleurs actuels et futurs. Mais, il risque d'engendrer des conséquences humaines graves et encourage l'allongement de la durée de travail pour des générations futures.

Pour faire face à cette situation, les syndicats ont maintenu cet appel à manifester et toujours encouragé les membres à répondre présents à chaque acte. Ils continueront à se battre jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues. Une nouvelle journée de manifestation est même programmée pour le 8 mars, Journée Internationale des Droits des Femmes, pour mettre en lumière les effets négatifs de la réforme sur les travailleuses.

De plus, en cas de non-réaction du gouvernement, les syndicats ont mis en avant la possibilité d'une grève générale le 7 Mars 2023. Si cela devait arriver, la France connaitrait sans doute un arrêt total de ses activités. Les cortèges et les rassemblements populaires seront déterminants pour influencer le gouvernement et l'inciter à reconsidérer le projet de réforme des retraites.

Une victoire possible et encouragée par tous

En attendant une issue favorable, l'expression populaire reste forte et l'esprit de combativité toujours intact. Les manifestations et les actions déployées prouvent que le peuple français est uni et que sa voix doit être entendue. De plus, des initiatives positives telles que « La France Relève » (créée par des associations professionnelles et des syndicats qui offrent des solutions alternatives à la réforme proposée par le gouvernement) montrent que rien n'est impossible :

” Nous sommes convaincus que, ensemble, nous devons pouvoir faire évoluer les choses. Enfin, nous incitons chacun à se tenir au courant des derniers développements de ce mouvement et à participer activement aux différentes mobilisations. Il est temps pour le peuple français de se lever et de montrer son opposition à cette réforme injuste que ce soit par des marches, en postant sur les réseaux sociaux, en signant des pétitions ou en adressant des courriers aux députés. Notre combat est celui de toute une nation et nous avons tous l'obligation de le soutenir et de nous battre pour nos droits ! “

🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.

Consultant indépendant en technologies liées à la construction et l’habitat. Avec +20 ans d’expérience dans le domaine, je suis passionné par l’innovation et l’amélioration des solutions énergétiques durables pour les bâtiments et les maisons. Mon objectif est d’aider mes clients à construire des infrastructures écoénergétiques efficaces pour un avenir plus vert et plus propre.