Leasing social : L’État mauvais payeur, les concessionnaires refusent de livrer les voitures électriques

Le dispositif de leasing social pour les voitures électriques semblait être une solution prometteuse pour démocratiser l’accès aux véhicules propres en France. Or, derrière cette initiative séduisante se cache une réalité beaucoup moins reluisante : l’État accumule les retards de paiement, mettant en grande difficulté les concessionnaires automobiles. Une situation qui pousse certains d’entre eux à refuser de livrer les voitures commandées.

Une dette colossale de l’État

Depuis des mois, les concessionnaires attendent avec impatience le remboursement des avances du bonus écologique et des 13 000 euros promis par voiture électrique éligible au leasing social. Les retards de paiement de l’État français s’accumulent, dépassant désormais les 100 millions d’euros. Malgré l’augmentation du budget alloué au dispositif et du nombre de dossiers retenus, l’Agence de services et de paiement (ASP) peine à suivre, plongeant les distributeurs dans l’embarras financier.

Xavier Horent, délégué général de Mobilians, s’interroge sur l’efficacité de l’administration : “À quoi sert de signer un contrat stratégique de filière automobile si l’intendance administrative est incapable de suivre ?”

Impact sur les concessionnaires

Pour les concessionnaires, la situation est intenable. Le marché des véhicules électriques en France dépend largement des aides publiques. Cela est particulièrement visible lorsque l’on observe l’exemple allemand, où la suppression des aides a conduit à une chute de 29 % des ventes en mars 2024. En France, la promesse d’une voiture électrique à environ 100 euros par mois via le leasing social a engendré un afflux massif de demandes. D’un point de vue commercial, refuser ces clients semble inconcevable, mais les problèmes financiers s’amoncellent.

À lire aussi  Crédit immobilier : c'est officiel, la baisse des taux a enfin commencé ! Allez-vous laisser passer votre chance ?

Les concessionnaires doivent gérer des stocks importants et se soucient de la valeur des véhicules, qui risque de chuter rapidement en raison des avancées technologiques. Certains ont recours à l’emprunt pour faire face à la pression des consommateurs et des constructeurs, tandis que d’autres, à bout de patience, ont décidé de suspendre les livraisons jusqu’au remboursement des sommes dues.

Les conséquences pour les consommateurs

Cette crise ne touche pas seulement les concessionnaires. Les consommateurs, séduits par l’idée de rouler électrique à moindre coût, se retrouvent coincés. La promesse d’une solution écologique et économique se transforme en désillusion face à l’incapacité de l’État à honorer ses engagements financiers.

À lire aussi  Quels sont les frais de notaire pour l'achat d'un logement social HLM ?

Vers une remise en question du dispositif ?

Face à cette situation, la reconduction du dispositif de leasing social pour 2025, avec un potentiel de 100 000 dossiers, laisse perplexe. Les concessionnaires, épuisés par les retards de paiement et les contraintes financières, pourraient bien se montrer réticents à participer à un programme qui, pour l’instant, ne tient pas ses promesses. Pour que cette initiative ait un avenir, il est crucial que l’État réévalue ses processus administratifs et assure un remboursement rapide et efficace des aides.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.

Laisser un commentaire