Chèque alimentaire : la Seine-Saint-Denis lance un projet pilote pour des bénéficiaires méticuleusement choisis

La Seine-Saint-Denis se lance dans une initiative audacieuse en offrant des chèques alimentaires mensuels à mille de ses résidents. Ce projet pilote, encadré par un accompagnement social et nutritionnel, met l’accent sur l’inclusion et la durabilité.

Un projet porteur d’espoir

La Seine-Saint-Denis s’avère être l’un des premiers départements à embrasser le chèque alimentaire mensuel suite à la décision gouvernementale de localiser son attribution. Le conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a astucieusement orchestré un plan visant à distribuer des chèques alimentaires d’une valeur de 50 euros par mois à mille résidents pendant six mois.

Critères de sélection et zones d’action

Les bénéficiaires seront méticuleusement choisis en fonction de leur profil, tels que des femmes seules avec enfants, des étudiants, et autres. Cette expérimentation se déroulera au sein de quatre intercommunalités : Est Ensemble, Plaine Commune, Grand Paris Grand Est et Paris Terre d’Envol.

➡️ Prime alimentaire : le versement d’un chèque alimentation pour Juillet 2023, réalité ou rumeur ?

Un dispositif polyvalent

Le mécanisme exact de distribution chèque alimentaire 2023 reste à préciser. Selon Ari Brodach, directeur de la Transition écologique au département, diverses options sont envisagées et il est probable que ce système s’inspirera des titres-restaurant, permettant aux bénéficiaires d’effectuer des achats chez les commerçants dotés d’un terminal de paiement.

À lire aussi  Grève des fonctionnaires : voici les vraies revendications des agents de la fonction publique

Récompenser la durabilité

Les ménages recevront un bonus de 50% sur la somme totale s’ils se procurent des produits qui respectent les critères de durabilité énoncés dans la loi Egalim. Par exemple, un foyer de trois personnes pourrait percevoir 150 euros par mois, avec un bonus potentiel en cas d’achats durables.

Un suivi social et nutritionnel au cœur de l’expérimentation

Stéphane Troussel, président du conseil départemental, souligne que l’aspect primordial de ce projet est le suivi social et nutritionnel qui sera offert en parallèle. Il exprime son désir d’instaurer une écologie juste et égalitaire qui soutient les plus vulnérables sans imposer un sentiment de culpabilité.

Le financement : un mécanisme complexe

Le financement représente un défi, car, comme le rappelle Stéphane Troussel, le département ne doit pas prendre le relais de l’État sur des questions financières qui ne relèvent pas de son domaine. Néanmoins, la Seine-Saint-Denis a répondu à l’appel à projet “Mieux manger pour tous”, lancé par le gouvernement. La région Île-de-France se voit attribuer 3,7 millions d’euros dans ce cadre. Ce programme décollera au premier trimestre 2024.

Collaboration avec des organisations spécialisées

Le conseil départemental collaborera avec Action contre la Faim, une ONG qui a également répondu à l’appel à projet, pour tirer parti de son expertise.

À lire aussi  657 agences immobilières en faillite : acheteurs, vendeurs, faut-il se passer d'agence et leurs frais exorbitants ?

En route vers une Sécurité Sociale alimentaire ?

Stéphane Troussel se montre favorable à l’élaboration d’une “sécurité sociale de l’alimentation”, soutenue par un ensemble de chercheurs, agriculteurs, et associations. Il insiste sur la nécessité de repenser l’alimentation durable dans le cadre de la transition écologique, en abordant les défis liés aux circuits de production, de distribution, ainsi qu’à la malbouffe.

Avec cette expérimentation, la Seine-Saint-Denis donne l’exemple en promouvant un modèle solidaire et durable qui pourrait inspirer d’autres territoires.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.