Quelle erreur ! Ces retraités vendent un masque africain pour 150 euros, il est revendu 4 millions aux enchères

Un petit tour dans une brocante et ça repart, sans se rendre compte qu’ils venaient de laisser échapper un trésor ! Un couple de retraités français a découvert avec effroi la véritable valeur de l’objet qu’ils avaient naïvement cédé à un brocanteur pour la somme dérisoire de 150 euros.

Le masque Fang, originaire du Gabon et qui avait transité par leur famille pendant des décennies, a finalement été vendu aux enchères pour près de 4 millions d’euros.

@mamadoucalgos

Montpellier : Il achète un masque Fang du Gabon 150 euros à un couple français puis le revend 4 millions d’euros

♬ son original – mamadoucalgos

Comment cette erreur monumentale a-t-elle été commise ?

L’affaire commence en 2016 quand le couple rencontre un brocanteur lors d’un vide-grenier. Ils lui vendent alors plusieurs objets dont ce fameux masque, sans connaître sa véritable histoire ni son exceptionnelle valeur. Toutefois, le brocanteur ne tarde pas à comprendre qu’il est en possession d’un trésor artistique.

L’expertise du masque : une révélation déconcertante

Après avoir exposé le masque sur son site Internet pour tenter de le vendre, il attire rapidement l’attention de collectionneurs et d’experts, intrigués par son authenticité. Ces derniers décident alors de procéder à une expertise officielle qui révèle que le masque est non seulement authentique, mais qu’il date du début du XXe siècle et appartient à la célèbre ethnie Fang, reconnue pour son art tribal.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le masque s’est avéré être l’œuvre d’un sculpteur du nom de Zo N’tang, dont les créations sont considérées comme uniques et recherchées par les plus grands amateurs d’art africain. Ce trésor est donc unique en son genre et sa valeur est alors estimée entre 3 et 5 millions d’euros !

Le passage aux enchères : un véritable choc pour les retraités

C’est en novembre 2021 que le couple prend connaissance des révélations sur la valeur de leur objet vendu quelques années auparavant à ce brocanteur. Ils ont alors décidé de faire appel à un avocat dans le but de récupérer une partie des sommes perçues lors de la vente aux enchères qui a eu lieu à Paris.

La vente organisée par la maison de vente aux enchères Christie’s a vu l’objet se vendre pour un montant hallucinant de 4 millions d’euros. Un prix record que bien évidemment, ces retraités n’arrivent pas à réaliser, eux qui étaient loin d’imaginer pareil scénario lorsqu’ils vendaient ce masque.

La réaction du couple et le début de la bataille juridique

Selon leur avocat, Me Marc-André Feffer, le couple est tombé “de leur chaise” en apprenant la nouvelle. Incrédules, ils ont immédiatement décidé d’engager des poursuites à l’encontre du brocanteur afin de récupérer une partie des bénéfices réalisés lors de cette vente “miracle”.

L’avocat explique que ses clients estiment avoir été trompés par le brocanteur qui aurait eu, selon eux, conscience de la valeur réelle de cet objet au moment où il l’a acheté. Ce dernier aurait-il pu flairer la bonne affaire dès le début et donc se dérober sur les informations distillées au couple de retraités ? Les prochains mois ne manqueront pas de rebondissements pour cette affaire inédite.

Le masque Fang : un art ancestral au succès international

Mais comment expliquer un tel engouement pour ce masque en particulier et quelle est son importance dans l’art africain ? Les masques Fang sont connus pour être utilisés lors de cérémonies religieuses et spirituelles, notamment pour honorer les ancêtres et demander leur protection aux esprits.

  • Ils sont caractérisés par des traits géométriques bien définis dessinant des visages effilés;
  • Les lèvres sont fines et les arcades sourcilières prononcées;
  • Des éléments décoratifs peuvent également être présents comme des scarifications ou des tatouages;
  • Ces pièces étaient souvent consacrées et traitées avec un soin tout particulier;

Hommes de bonne fortune, artistes, collectionneurs ou encore investisseurs fortunés : tous semblent s’être pris d’une véritable fascination pour l’art africain et les masques Fang ces dernières années. Les enchères ont grimpé en flèche, faisant émerger des records incontestables.

Une success story qui questionne l’exploitation du patrimoine culturel africain

Qu’en est-il alors des œuvres d’art ancestrales qui devraient légitimement être préservées dans leur pays d’origine ? Cette histoire soulève également la réflexion sur la nécessité de mieux protéger le patrimoine historique et ce, particulièrement sur un continent parfois délaissé comme l’Afrique.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité
À lire aussi  Charles de Courson rappelle au gouvernement que c'est le "Parlement qui vote les lois" (Article 24 de la Constitution)
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.