Vente à perte du carburant : les géants du secteur recadrent le gouvernement

Malgré l'initiative, à la limite de l'indécence, du gouvernement d'autoriser exceptionnellement la vente de à perte, TotalEnergies et les géants de la distribution affichent une opposition résolue. Retour sur ce face-à-face tendu entre le secteur privé et le pouvoir public.

TotalEnergies dit “non” à la vente à perte

Les limites d'une politique audacieuse : Alors que le gouvernement croyait avoir trouvé une solution à la flambée des prix du carburant, le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, n'a pas tardé à remettre les pendules à l'heure. Il a catégoriquement refusé de vendre ses carburants à perte, déclarant qu'il ne baisserait pas en dessous du prix de 1,99 euro par litre, actuellement en vigueur dans les stations-service de son groupe en France. « Un peu de bon sens, voilà, merci », a rétorqué le PDG, contestant la faisabilité économique de cette initiative gouvernementale.

La grande distribution exprime son opposition

Un front uni contre la revente à perte : À peine annoncée, cette mesure rencontre également une résistance féroce des principaux acteurs de la distribution. Suite à une convocation à Bercy, les dirigeants de Leclerc, Carrefour, Intermarché, Système U, Casino et Auchan ont exprimé une opposition unanime à la revente à perte du carburant dans leurs hypermarchés. La déclaration d'Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, évoquant une baisse potentielle d'“un demi-euro par litre” a sans doute laissé plus d'un dirigeant sceptique.

Scepticisme économique face à l'initiative : L'économiste Maxime Combes critique sévèrement cette décision gouvernementale qu'il qualifie de « politique d'affichage ». Selon lui, cette stratégie pourrait coûter des milliards aux distributeurs et ne s'attaque pas aux causes profondes de l'. En outre, Patrice Geoffron, professeur d'économie, interroge la pérennité de cette mesure après les six mois initialement prévus.

Quelle suite pour cette mesure contestée ?

Un outil mal reçu : Face à une initiative jugée “non sérieuse”, l'avenir de cette mesure gouvernementale semble incertain. Si l'objectif premier était d'apporter un soulagement temporaire aux consommateurs face à la montée des prix à la pompe, les principaux acteurs du secteur semblent déterminés à ne pas marcher dans les pas du gouvernement.

Reconversion et compensations pour les stations indépendantes : Si la grande distribution et les géants pétroliers s'opposent à la mesure, le ministère a toutefois souligné que des compensations seront accordées aux stations-service indépendantes, accompagnées d'un plan de transformation. L'avenir dira si ces compensations seront suffisantes pour convaincre ce segment du marché d'adopter la vente à perte.

Tags associés : TotalEnergies, vente à perte, carburant, Bercy, grande distribution, inflation, Maxime Combes, prix à la pompe, Patrick Pouyanné, gouvernement, Bruno Le Maire, Olivier Véran.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.
Vulcoin

Entrepreneur passionné de blockchain et de crypto-monnaies, avec un engouement particulier pour MultiversX qui, à mon sens, redéfinit les possibilités de l’écosystème. Fort d’une solide expérience dans le business en ligne, je considère l’intelligence artificielle comme un allié révolutionnaire. À travers mes articles, je partage mon expertise et mes insights sur l’intersection de ces technologies puissantes.