Voiture à hydrogène : le constructeur français Hopium en redressement judiciaire

Crédit image : Hopium.com

Malgré des défis financiers significatifs, Hopium, la start-up française qui se voulait être le Tesla de l’hydrogène, parvient à trouver des solutions de financement et préserve ainsi ses ambitions technologiques.

Hopium est en quête de redressement financier

Hopium, un pionnier dans le domaine de la mobilité à hydrogène, a annoncé l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire. Suite à un jugement du Tribunal de commerce de Paris en date du 19 juillet, cette procédure se déroulera sur une période d’observation initiale de six mois, qui pourrait être renouvelée. L’objectif de cette démarche est de permettre à la société de continuer son activité, tout en régularisant ses dettes et en se réorganisant.

La procédure de redressement judiciaire place Hopium sous la protection du Tribunal en suspendant toutes les dettes contractées avant le 19 juillet. Ces dettes seront remboursées selon un plan de continuation que Hopium entend soumettre au Tribunal pendant la période d’observation.

Soutien d’Atlas Special Opportunities

En dépit de ces défis, la société continuera de bénéficier du soutien de son partenaire financier, Atlas Special Opportunities. Ce dernier a signé un avenant au contrat de financement obligataire convertible prévoyant une augmentation de la ligne de financement existante de 3,5 millions d’euros, portant le montant nominal brut maximum mobilisable à 13,5 millions d’euros.

À lire aussi  Le Pradet : quand le Mondial de la Moule se transforme en Mondial de la Mouche

Le soutien d’Atlas permettra à Hopium de poursuivre le développement de sa pile à hydrogène jusqu’au niveau technologique TRL 6, soit la démonstration d’un prototype ou d’un modèle de système/sous-système dans un environnement représentatif. L’entreprise concentrera ses ressources sur le développement et la recherche afin de démontrer la maturité de sa technologie propriétaire.

Reprise des activités et perspectives d’avenir

Hopium espère également profiter de la période d’observation pour continuer les discussions avec des partenaires industriels et commerciaux potentiels. Les partenaires et fournisseurs qui maintiendront leurs relations commerciales avec Hopium pendant la période de redressement judiciaire seront payés sans délai pour les services et livraisons à venir.

La société a demandé à Euronext de reprendre la cotation de son titre sur le marché Euronext Growth à Paris à partir du 21 juillet 2023.

Un parcours semé d’embûches

En 2022, les pertes de Hopium se sont élevées à 23,9 millions d’euros contre 8 millions en 2021. En dépit de plusieurs augmentations de capital pour un total de 4,1 millions d’euros l’année dernière, la société affichait au 31 décembre 2022 des capitaux propres négatifs de -10,4 millions d’euros.

À lire aussi  Photovoltaïque : Comment entretenir ses panneaux solaires pour une performance optimale ?

Depuis avril, Hopium a décidé de se concentrer sur le développement de sa technologie de pile à combustible, repoussant son projet de commercialisation de la Machina, dont la sortie était initialement prévue en 2025.

La route vers la décarbonation du secteur automobile est semée d’obstacles et d’incertitudes. Alors que certains comme Toyota ou BMW misent fortement sur l’hydrogène, d’autres marques envisagent cette technologie principalement pour les véhicules utilitaires, plus difficiles à convertir à l’électrique. Dans ce contexte, le parcours d’Hopium sera à surveiller de près.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.