Les propriétaires immobiliers, les vaches à lait du système fiscal français

Dans l'univers impitoyable de l', les propriétaires ne sont pas les privilégiés que l'on imagine. C'est le constat alarmant dressé par l'Institut de recherches économiques et fiscales (IREF) dans sa dernière étude, pilotée par Jean-Philippe Delsol et Pierre Garello. Ce rapport met en lumière une réalité souvent ignorée : loin d'être des nantis, les propriétaires immobiliers sont en réalité des victimes d'un système fiscal de plus en plus oppressant.

Un marché immobilier français en crise

Une chute vertigineuse des constructions : la Fédération française du Bâtiment (FFB) a récemment révélé une baisse drastique de 31,3% dans le marché de la maison individuelle en 2022, signant ainsi le pire bilan des 16 dernières années. En juillet 2023, la situation s'aggrave encore avec une chute de plus de 38% des ventes de maisons neuves. Ces chiffres alarmants ne sont que la partie visible de l'iceberg d'un marché en déliquescence.

Des politiques publiques défaillantes : depuis des décennies, les différentes politiques gouvernementales ont façonné un marché immobilier chaotique. L'étude de l'IREF révèle un renchérissement significatif du coût du logement, passant de 17% des dépenses des ménages en 1970 à près de 30% en 2020. Parallèlement, la proportion de propriétaires stagne, tandis que celle des locataires du parc social augmente, soulignant l'incapacité du secteur privé à répondre à la demande de logements locatifs.

Une fiscalité accablante pour les propriétaires

Une pression fiscale asymétrique : alors que les investisseurs mobiliers bénéficient d'allégements fiscaux notables sous l'ère Macron, les propriétaires immobiliers font face à une fiscalité de plus en plus lourde. L'IFI, l'impôt sur les revenus immobiliers pouvant atteindre 66,2%, la CRL, ou encore les taxes foncières variées, constituent un fardeau fiscal écrasant.

Des cas concrets édifiants : l'étude de l'IREF propose des simulations révélatrices. Un percevant des revenus locatifs sur un bien de 500 000 € pourrait se retrouver en situation de perte nette après imposition. Les différents scénarios fiscaux envisagés démontrent que, quelle que soit leur situation juridique et fiscale, les propriétaires-bailleurs sont confrontés à des rendements nettement inférieurs à ce que l'on pourrait attendre d'un investissement immobilier.

“Les politiques n'aiment ni les propriétaires ni l'immobilier, peut-être parce que la propriété rend indépendant et que l'État préfère ceux qui dépendent de lui”, argumentent Delsol et Garello.

Cette étude met en lumière une réalité souvent méconnue : loin d'être des privilégiés, les propriétaires immobiliers sont de plus en plus pressurés par un système fiscal devenu asphyxiant. Un constat qui appelle à une réflexion profonde sur les politiques de logement et la fiscalité immobilière en France.

Tags : Propriétaires immobiliers, Fiscalité, Marché immobilier, Investissement, IREF, Taxes, France

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.
Denis Chatelin : expert financier

Je suis expert en économie, finance et investissement, passionné par l’analyse des marchés financiers et l’optimisation des investissements. En tant que pigiste, j’aime partager mes connaissances et mes conseils pour aider les lecteurs à prendre des décisions éclairées en matière d’investissement et de finances personnelles. Mon objectif est de rendre l’information financière accessible à tous et d’aider les gens à atteindre leurs objectifs financiers à long terme.