Taxe Foncière : ces propriétaires ont été remboursés de 315 euros, y avez-vous droit ?

La taxe foncière, un fardeau fiscal de plus en plus lourd pour les propriétaires. Alors que la taxe d’habitation s’efface progressivement, la taxe foncière prend le relais, pesant de plus en plus sur les budgets. Face à une augmentation constante, des propriétaires en Isère ont trouvé une solution : la contestation judiciaire. Leur succès pourrait inspirer d’autres, mais attention, la route est semée d’embûches.

Une victoire juridique en Isère : un exemple à suivre

Une récente décision de justice en Isère a fait écho dans le monde des propriétaires. En décembre dernier, une vingtaine d’entre eux ont obtenu l’annulation de la hausse de leur taxe foncière par le tribunal administratif de Grenoble. Leur victoire repose sur un point crucial : l’administration fiscale n’a pas justifié correctement cette augmentation, estimée à environ 15%.

“L’administration fiscale ne leur a pas ouvert un droit de s’expliquer pour demander des explications supplémentaires et elle a agi brutalement au redressement de façon très automatisée”, a déclaré Me Laeticia Pignier, avocate spécialisée.

Les plaignants vont récupérer en moyenne 315 euros, un montant non négligeable.

Céline Hartmann, directrice de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) du département, a évoqué la possibilité que ces propriétaires aient à soumettre une nouvelle déclaration rectificative.

Une tendance nationale : Marseille et Paris entrent dans la danse

Cette affaire en Isère n’est pas isolée. À Marseille, 238 propriétaires ont vu la hausse de 14% de leur taxe foncière annulée en avril 2023. À Paris, certains ont contesté une augmentation de 62%, jugée injustifiée par l’administration fiscale.

À lire aussi  Quel est le prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 180m2 ?

“Il est probable qu’on va demander aux personnes de refaire une déclaration rectificative. Dans ce cas-là, refaire le calcul de la taxe foncière”, souligne Hartmann. Ces cas soulèvent une question importante : jusqu’où les propriétaires sont-ils prêts à aller pour contester ces augmentations ?

La lutte judiciaire : un parcours semé d’embûches

“Une longue bataille juridique” est souvent nécessaire pour obtenir gain de cause. Les propriétaires de l’Isère ont bataillé pendant cinq ans. Bien que leur succès offre un rayon d’espoir, il est essentiel de comprendre que chaque cas est unique et que la justice ne tranche pas toujours en faveur des plaignants. De plus, les coûts liés à ces procédures peuvent s’avérer élevés, et il y a toujours un risque de perdre plus que la taxe contestée.

Contester sa taxe foncière est donc un choix délicat, qui demande une évaluation minutieuse des risques et des bénéfices potentiels. L’histoire de ces propriétaires en Isère, à Marseille et à Paris pourrait cependant ouvrir la voie à un mouvement plus large de contestation, modifiant peut-être à terme le paysage fiscal français pour les propriétaires.

À lire aussi  Les propriétaires immobiliers, les vaches à lait du système fiscal français

Liste de tags associés à l’article : Taxe foncière, contestation judiciaire, propriétaires, augmentation des taxes, tribunal administratif, administration fiscale, UNPI, droit immobilier, jurisprudence fiscale, économie française.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.