Prix du carburant : Michel-Edouard Leclerc s’insurge, “Total c’est que de la com, il n’y a que l’État qui peut faire la différence”

Chaque jour apporte son lot de batailles dans l'univers du . Et le dernier coup de gueule ? Il vient de Michel-Edouard Leclerc, le patron du géant E.Leclerc. L'objet de son indignation : les prix pratiqués par TotalEnergies.

Une baisse des prix : “Merci qui ?”

Lorsque vous avez constaté une légère baisse des prix à la pompe récemment, avez-vous pensé à remercier les enseignes de distribution ? C'est ce que suggère Michel-Edouard Leclerc en affirmant sur BFMTV-RMC : “Vous pouvez dire “merci Leclerc”, “merci Intermarché”, “merci Système U” parce que si on ne l'avait pas fait je ne suis pas sûr que la baisse [du pétrole] de l'Opep et des marchés ait été répercutée.”

Un engagement… mais jusqu'à quand ?

Les géants de la grande distribution ont pris un engagement louable : proposer du carburant à prix coûtant jusqu'à la fin de l'année 2023. Une initiative qui, à en croire le patron de E.Leclerc, ne serait pas suivie par toute la filière. En effet, TotalEnergies a certes promis de ne pas dépasser les 1,99 euro le litre, mais Michel-Edouard Leclerc estime qu'il est temps pour le pétrolier de faire davantage. Après tout, le prix moyen s'est établi à 1,91 euro le litre la semaine passée.

Raffineurs : Les grands absents de la “participation”

Le principal grief de Leclerc ? La supposée inaction des raffineurs. La majeure partie de l'approvisionnement des centres E.Leclerc provient d'eux, et pourtant, comme le déplore Michel-Edouard Leclerc, “aujourd'hui ils ne font pas d'effort à caractère politique […] pour nous empêcher de passer la barre symbolique des 2 euros“. Le message est clair. Il est grand temps que ces acteurs contribuent aussi aux opérations à prix coûtant pour soutenir la démarche des distributeurs.

Nous sommes en train d'écrire aux raffineurs pour leur demander une gentille petite participation de quelques centimes à nos propres opérations parce que nous c'est pas de profit, pas de marge nette, pas de bénéfice“, rappelle-t-il.

Un coup de com' de Total ?

Et quand Michel-Edouard Leclerc s'adresse directement à Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, ce n'est pas pour lui faire des louanges. Bien au contraire. Il lui demande une remise de 2 à 3 centimes pour les centrales d'achats de la grande distribution. Pourquoi ? Parce que selon lui, la stratégie de Total, qui consiste à “bloquer à 1,95 et marger à 15 centimes, ça n'apporte rien au pays“. Pour lui, derrière cette façade, se cache une simple opération de communication.

Quand Leclerc appelle l'État à l'action

Et si les raffineurs ne bougent pas, Michel-Edouard Leclerc attend que l'État intervienne. Si le seuil symbolique des 2 euros était à nouveau dépassé, il souhaite que les taxes sur le carburant soient réduites pour protéger le consommateur. Pour le leader de la grande distribution, il n'y a qu'une entité capable de faire une réelle différence : l'État. “Il n'y a que l'État qui peut faire la différence“, martèle-t-il.

Le monde du carburant est en effervescence, et chaque acteur, qu'il soit distributeur, raffineur ou pétrolier, est appelé à prendre ses responsabilités pour le bien des consommateurs.

🌟 Conseil pouvoir d'achat : vous souhaitez améliorer votre capacité financière ?

Tags : E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, TotalEnergies, Patrick Pouyanné, carburant, prix du carburant, raffineurs, BFMTV-RMC, Opep, Système U, Intermarché.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.
Charlie Antona

Je suis consultante en marketing je passer des heures à élaborer des stratégies. En dehors de mon travail mes amis m’appellent “la reine des bons plans”, vous me trouverez probablement en train de faire du shopping car j’adore fouiner pour trouver les meilleures affaires.