Contrat de mariage : 84% des futurs mariés font cette énorme erreur financière avant de se marier !

Lorsque les cloches du mariage sonnent, de nombreux couples se lancent dans l'aventure sans penser au contrat qui liera leurs biens. Mais en France, si vous faites le choix de ne pas signer de contrat de mariage, le régime de la communauté réduite aux acquêts entre automatiquement en jeu. Alors, avant de dire “oui”, plongeons ensemble dans ce que cela signifie pour votre patrimoine.

La communauté réduite aux acquêts : la règle générale pour les mariés sans contrat

Se dire “oui” est une étape majeure dans la vie d'un couple. Mais bien souvent, la dimension juridique de cet engagement est méconnue. Si vous n'avez pas signé de contrat de mariage avant de vous unir, vous entrez, par défaut, dans le régime de la communauté réduite aux acquêts. Qu'est-ce que cela implique concrètement pour votre patrimoine et vos responsabilités financières ?

Le partage des biens durant l'union : Sous ce régime, les acquisitions réalisées au cours du mariage, qu'il s'agisse de biens ou de dettes, sont considérées comme communes. Autrement dit, chaque conjoint détient une part égale de ces éléments, peu importe sa contribution financière.

La préservation de la propriété personnelle : Les biens que les conjoints détenaient avant le mariage, ainsi que ceux obtenus par ou , restent leur propriété individuelle.

Les implications de ce régime pour les couples

Ce régime a des implications significatives pour les couples, notamment en cas de séparation ou de décès. “C'est la règle par défaut”, mais elle peut avoir de lourdes conséquences financières. Prenons un moment pour analyser cela.

La gestion des biens : Les biens propres, c'est-à-dire ceux que chaque conjoint possédait avant le mariage ou qu'il a reçus en héritage ou donation, peuvent être gérés indépendamment par chacun. Par contre, pour les biens communs, une gestion conjointe est généralement privilégiée, sauf accord contraire.

Le destin des biens : En cas de divorce ou de décès, les biens communs sont partagés à parts égales. Cela veut dire que chaque conjoint ou héritier récupère la moitié de la valeur totale des biens communs.

Les avantages du régime : Le premier avantage est sa simplicité. Pas besoin de démarches, il s'applique automatiquement. Aussi, en cas de divorce, la répartition à parts égales peut être un atout pour le conjoint ayant des revenus moindres. Et en cas de décès, le conjoint survivant récupère naturellement la moitié des biens communs.

Les inconvénients : Comme toute médaille a son revers, ce régime comporte des aspects moins séduisants. Les dettes contractées pendant le mariage sont également partagées, ce qui peut être une source d'inquiétude. Et, en cas de désaccord, les décisions importantes nécessitent le consentement des deux parties.

Le rôle crucial du notaire dans votre choix matrimonial

Bien que la communauté réduite aux acquêts soit le régime par défaut, il est parfois judicieux de consulter un notaire avant de se marier. Cet expert en droit de la famille peut conseiller les couples sur la meilleure option pour eux. Il peut rédiger un contrat pour ajuster ce régime, insérer des clauses spécifiques ou même proposer un autre régime comme celui de la séparation de biens.

L'adaptation du régime : Avec l'aide d'un notaire, il est possible de modifier certains aspects du régime. Par exemple, on peut ajouter une clause pour qu'en cas de décès, le conjoint survivant récupère un bien en totalité.

Changer de régime : Si un couple souhaite changer de régime matrimonial après le mariage, c'est réalisable, mais cela requiert l'intervention d'un notaire. La loi du 22 mai 2019 a d'ailleurs modifié certaines conditions liées à ce changement.

Le choix du régime matrimonial est une décision majeure qui peut avoir des répercussions profondes sur la vie financière et patrimoniale d'un couple. Il est donc vivement conseillé de s'informer et de se faire accompagner.

Conclusion :

Entrer dans le vif du sujet juridique peut sembler complexe, mais comprendre les tenants et aboutissants du régime matrimonial choisi est essentiel pour la sécurité financière et le bien-être du couple. Que vous envisagiez de vous marier ou que vous soyez déjà uni par les liens du mariage, il est toujours temps de se renseigner et de faire des choix éclairés.

🌟 Conseils précieux pour les couples ayant besoin de réduire leur taux d'endettement

  1. Êtes-vous propriétaire avec plusieurs engagements financiers (comme le prêt immobilier, rénovations, véhicule, etc) ? Pensez à consolider vos emprunts pour réduire vos paiements mensuels de manière significative.
  2. Uniquement avec un crédit immobilier sur le dos ? Songez à une assurance emprunteur plus avantageuse. Imaginons 10 € économisés chaque mois pendant 20 ans : cela totalise 2400 € !
  3. En tant que locataire, votre première étape pourrait être de diminuer les coûts de votre assurance domicile.

Tags : mariage, communauté réduite aux acquêts, régime matrimonial, notaire, biens communs, biens propres, contrat de mariage, gestion des biens, droits de la famille.

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
🚨 Pour ne manquer aucune actualité de cesdefrance.fr (Citoyen en Slip), suivez-nous sur 👉 Google Actualités en ajoutant notre média à vos favoris.
Denis Chatelin : expert financier

Je suis expert en économie, finance et investissement, passionné par l’analyse des marchés financiers et l’optimisation des investissements. En tant que pigiste, j’aime partager mes connaissances et mes conseils pour aider les lecteurs à prendre des décisions éclairées en matière d’investissement et de finances personnelles. Mon objectif est de rendre l’information financière accessible à tous et d’aider les gens à atteindre leurs objectifs financiers à long terme.