Faire jouer les clauses résolutoires d’un bail de location : ce que les propriétaires doivent savoir !

La loi n° 89-462 du 6 juillet 1989 prévoit qu’un bail d’habitation peut contenir une clause résolutoire, qui permet la résiliation automatique du contrat en cas de non-respect des obligations par le locataire. Cette disposition est particulièrement utile pour les propriétaires face à des impayés de loyer ou à des manquements à certaines obligations du locataire. Nous allons détailler et expliquer dans cet article comment faire jouer cette clause résolutoire.

Qu’est-ce qu’une clause résolutoire ?

Une clause résolutoire est un mécanisme contractuel qui permet l’annulation automatique du contrat lorsque certaines conditions sont réunies. Dans le cadre d’un bail de location, les motifs classiques incluent :

  • Le non-paiement du loyer et des charges aux échéances convenues.
  • L’absence de souscription à une assurance locative obligatoire.
  • Des troubles causés par le locataire et confirmés par une décision de justice.

Ces causes de résiliation doivent être précisées dans le contrat, et la mise en œuvre de la clause résolutoire doit respecter certaines étapes légales.

La mise en demeure préalable

Lorsqu’un locataire ne paie pas son loyer ou ses charges aux échéances convenues, la première étape consiste à lui envoyer une mise en demeure. Cette mise en demeure, généralement signifiée par voie d’huissier, doit notamment mentionner :

  • Le montant mensuel du loyer et des charges.
  • La répartition de la dette.
  • Le délai légal de six semaines pour régulariser l’impayé.

Notez que si une caution a été constituée, elle devra recevoir cette mise en demeure dans un délai de quinze jours à compter de sa transmission au locataire.

Signalement à la CCAPEX

Si le locataire ne paie toujours pas après cette mise en demeure, il convient ensuite de signaler la situation à la Commission de Coordination des Actions de Prévention des Expulsions Locatives (CCAPEX). Elle intervient sur demande du propriétaire et tente de trouver une solution amiable entre les parties pour éviter une expulsion.

La procédure judiciaire

En cas d’échec de la médiation avec la CCAPEX, ou si celle-ci n’est pas compétente, le propriétaire peut saisir le tribunal compétent afin de demander la résiliation du bail sur le fondement de la clause résolutoire. Le juge sera alors chargé de constater l’acquisition de cette clause. Ainsi, le propriétaire obtiendra la validation de la résiliation du bail et pourra éventuellement solliciter l’éviction du locataire.

À lire aussi  Nouveau coup dur pour les propriétaires : la taxe sur les abris de jardin va exploser en 2024

Délais et recours possibles

Le locataire dispose de plusieurs recours en cas de procédure judiciaire relative à la clause résolutoire :

  • Demander au juge un délai de grâce pour régulariser sa situation.
  • Saisir le tribunal d’une requête aux fins de sursis à exécution de la décision prononçant l’expulsion.

Les conséquences pour les locataires et les propriétaires

Une fois la résiliation du bail prononcée, le locataire est dans l’obligation de quitter les lieux immédiatement (sous réserve de certains cas spécifiques). Le propriétaire peut alors chercher un nouveau locataire et il devrait être couvert par une garantie des loyers impayés. Il est important de noter que le locataire reste responsable des dettes contractées pendant la durée du bail.

L’importance de la prévention

Pour éviter les situations conflictuelles et la mise en œuvre de clauses résolutoires, il est primordial que propriétaires et locataires entretiennent un dialogue ouvert et transparent sur leurs obligations respectives. Une communication claire dès le début du contrat permet souvent d’éviter d’en arriver à ces extrémités.

À lire aussi  3 raisons pour lesquelles les propriétaires de 40 ans devraient opter pour le rachat de crédit pour assurer leur avenir financier

En résumé, faire jouer la clause résolutoire d’un bail de location n’est pas une démarche anodine et comporte plusieurs étapes légales, telles que la mise en demeure, le signalement à la CCAPEX et la procédure judiciaire. Les propriétaires doivent en être conscients, et privilégier le dialogue avec leur locataire pour résoudre les conflits de manière plus sereine.

🔍 Conseils : Augmentez votre pouvoir d’achat facilement

Cet article a été partagé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Merci de contribuer à sa viralité 👇
Cesdefrance.fr est un média approuvé par Google Actualité.
Ajoutez Cesdefrance.fr à votre liste de favoris pour ne manquer aucune news !
inscription Google actualité
Denis Chatelin : expert financier

Je suis expert en économie, finance et investissement, passionné par l’analyse des marchés financiers et l’optimisation des investissements. En tant que pigiste, j’aime partager mes connaissances et mes conseils pour aider les lecteurs à prendre des décisions éclairées en matière d’investissement et de finances personnelles. Mon objectif est de rendre l’information financière accessible à tous et d’aider les gens à atteindre leurs objectifs financiers à long terme.